Intelligent oui, mais trop confiant ? Gare au piratage des objets connectés !

La technologie ne cesse d’évoluer sur tous les plans, dont le domaine du chauffage. Ces dernières années, l’on parle de plus en plus de chauffage intelligent. La possibilité de réguler le chauffage quand il faut et où il faut, afin de faire des économies, voilà l’objectif premier de ce type de chauffage. L’on ne jure plus aujourd’hui que par ce système. Mais il semble qu’on a oublié une chose. Qui dit « intelligent » dit connecté à Internet. Les risques de piratage ne sont donc pas à négliger.

Chauffage intelligent et performant? oui

Les fabricants d’équipements de chauffage, les autorités publiques et les organismes ne jurent plus aujourd’hui que par le chauffage intelligent. Comme son nom le laisse supposer, ce dernier est équipé de dispositifs permettant de programmer ou de réguler le chauffage en fonction des besoins réels du bâtiment. L’appareil détecte automatiquement les variations de température et les besoins de chaque pièce et arrête de chauffer lorsque cela n’est pas nécessaire. Un chauffage intelligent est programmable soit par téléphone soit via Internet. On parle bien de système intelligent, car ces équipements permettent de détecter les besoins réels de chaque bâtiment et de réguler la température du chauffage en fonction. Les équipements les plus performants permettent aujourd’hui d’économiser jusqu’à 25% de la consommation énergétique liée au chauffage. Un tel avantage ne pourrait que séduire tous les ménages.

Le revers de la médaille

Malgré ses nombreux avantages, le chauffage intelligent n’est pas infaillible. Dernièrement, deux journalistes norvégiens, Linn Kongsli Hillestad et Espen Sandli, ont démontré concrètement le principal inconvénient de ce système de chauffage à savoir les risques de piratage. En tant qu’objet connecté à Internet, le chauffage intelligent n’est pas à l’abri des tentatives d’intrusion dans la vie privée. Les deux journalistes se sont appuyés sur une enquête menée en 2013 sur Shodan. Ce dernier est un moteur de recherche localisant tous les objets connectés à Internet. Dans cette enquête, plusieurs milliers d’objets connectés seraient accessibles librement sans qu’aucun mot de passe ne soit requis. Pour être plus précis, il y a à peu près 2048 caméras de surveillance, 1781 imprimantes, 2500 systèmes de contrôle et des milliers de bases de données qui sont non sécurisés et que tout le monde peut hacker facilement et librement sur Internet. Et encore, ces chiffres ne concernent que la Norvège. Pour prouver ce qu’ils avancent, les deux journalistes ont démontré avoir pris le contrôle d’une chaudière électrique d’un immeuble à Gjøvik, avoir imprimé des permis de conduire via des imprimantes connectées sur Internet. Ils se seraient aussi introduits dans la vie privée de plusieurs ménages norvégiens grâce à des caméras de surveillance, des webcams ou des visio-conférences non sécurisés et qui sont connectés sur Internet.

Une faiblesse non négligeable

Jusqu’ici, le chauffage intelligent semble séduire beaucoup de personnes à cause de ses performances. Trop occupés à louer ses avantages, les acteurs concernés n’ont jamais évoqué sa principale faiblesse à savoir son manque de sécurisation. Une vulnérabilité qui est susceptible pourtant de porter atteinte à la vie privée et à l’intimité de chacun. Tout ceci pour dire que comme bon nombre d’objets connectés à Internet, le chauffage intelligent n’est pas infaillible. Et encore là, on ne parle que des systèmes dépourvus de mot de passe de protection.