Le dispositif RGE s'étoffe et reste l'un des moyens les plus efficaces pour la réussite de l'objectif des 500 000 rénovations énergétiques annuelles. Pourtant, les particuliers restent encore mal informés des procédures mises en place autour de ce dispositif.

Le dispositif RGE au cœur du mécanisme du PREH

Le Plan de Rénovation Energétique de l'Habitat ou PREH vise haut avec son objectif de 500 000 rénovations énergétiques lourdes par an jusqu'à l'horizon 2017. À cet effet, divers dispositifs sont mis en place par les acteurs de la filière du bâtiment. L'un des plus importants reste tout de même le dispositif RGE, une démarche qui reste cependant assez méconnue des particuliers. La mention RGE sera pourtant l'une des conditions indispensables pour pouvoir bénéficier des aides publiques dans le cadre d'une opération de rénovation énergétique.


C'est en 2013 que les choses se sont accélérées autour du dispositif RGE. Cécile Duflot, la ministre de l'Égalité des territoires et du Logement, a en effet signé trois chartes pour l'amélioration du dispositif. Réalisé avec la participation de l'Ademe et des acteurs de la filière du bâtiment, ce lancement officiel a présenté les nouvelles orientations prévues dans le dispositif.

Une évolution du dispositif pour atteindre les objectifs de rénovation énergétique

Ainsi, la mention RGE signifie désormais « Reconnu Garant de l'Environnement ». Le dispositif prévoit notamment d'octroyer la mention RGE à tous les professionnels du bâtiment, artisans comme entreprises, bénéficiant d'une expertise reconnue en matière de rénovation énergétique. La mise en œuvre de ce dispositif devra donc permettre aux particuliers d'identifier plus aisément les professionnels disposant des qualifications requises.

Les particuliers encore peu informés des orientations prévues par le dispositif RGE

À la fin de l'année 2013, plus de 14 600 professionnels du bâtiment sont titulaires de la mention RGE. Selon les chiffres de l'organisme qui octroie ce signe de qualité, le nombre d'entreprises qui le reçoit augmente d'une manière constante, à raison de 10 à 15 % chaque mois. Un objectif de 30 000 professionnels portant la mention est ainsi fixé pour 2014.
Dans ce contexte, il faut savoir que dans moins de 6 mois, les aides publiques telles que les crédits d'impôt ou les prêts à taux zéro ne seront attribuées qu'à ceux qui font appel à un professionnel titulaire de la mention RGE. Cependant, les échos de l'application de la mention RGE restent encore assez peu palpables au niveau des particuliers.
Les résultats d'une étude réalisée par l'institut IFOP illustrent en effet la situation au cours des derniers mois. Si 37 % des ménages projettent de s'équiper en systèmes d'énergies renouvelables, dont 65 % dans les 2 prochaines années, 1 Français sur 2 ignore encore les orientations prévues par le dispositif RGE.