De par sa conception, un bâtiment ancien est doté d’une bonne performance thermique et énergétique. Cependant, pour qu’il respecte les réglementations thermiques en vigueur, il est essentiel d’engager des travaux d’isolation thermiques qui seront guidés par l’emplacement du bâtiment et ses caractéristiques.

Une construction qui respire


Dans le domaine de l’isolation thermique, le bâtiment ancien, également connu sous l’appellation de bâti originel est une construction datant d’avant les années 20. Il est ainsi constitué de matériaux bruts et naturels, qui n’ont généralement pas subi de transformations. Un bâtiment ancien se caractérise également par ses qualités thermiques et hydriques. En effet, on qualifie souvent un bâtiment ancien de construction qui « respire », c’est-à-dire qu’il vit en fonction de l’équilibre de l’environnement dans lequel il se trouve. Comme un bâtiment ancien est considéré comme une richesse patrimoniale, il est donc indispensable de procéder à un diagnostic bien détaillé avant de procéder à tout type de travaux destinés à améliorer son isolation thermique, afin d’éviter les interventions inappropriées pouvant réduire sa valeur patrimoniale.

Analyser l’environnement où se trouve le bâtiment

Avant de démarrer les travaux visant à améliorer l’isolation thermique d’un bâtiment ancien, il faut impérativement consacrer du temps pour analyser l’environnement dans lequel le bâtiment est construit. Pour cela, il faut prendre en compte sa localisation géographique, sa situation sur le terrain, son orientation par rapport à la direction du vent, sa végétation protectrice, ainsi que le fait qu’il soit isolé ou mitoyen afin de déterminer la nature et l’ampleur des travaux à réaliser.

L’architecture de la maison et son utilisation

L’étude de la structure du bâtiment ainsi que son architecture joue également un rôle déterminant dans l’identification des travaux prioritaires et utiles améliorant sa performance énergétique. À titre indicatif, pour ce type de bâtiment, le toit ainsi que les murs extérieurs constituent les zones qui présentent le plus de ponts thermiques. Il est donc essentiel de savoir exactement leurs caractéristiques respectives. L’existence des espaces tampons, l’état des planchers, des ouvertures ainsi que des fondations doivent également être pris en compte pour déterminer la nature des travaux d’isolation thermique à réaliser.

D’autres éléments à ne pas négliger

Lors du diagnostic évaluant l’état d’une maison ancienne, avant le démarrage des travaux d’isolation thermique, il est également essentiel de prévoir les réparations visant à réparer les erreurs qui ont été préalablement commises, pour éviter d’engager des travaux inutiles et sans rentabilité évidente. Il ne faut pas non plus négliger la vérification de la présence de l’eau, à tous les niveaux, même si un bâtiment ancien est réputé pour sa capacité à gérer d’elle-même la présence d’humidité.