Les bonnes réflexions pour choisir son isolant

Bien choisir et bien faire son isolation permet non seulement un meilleur confort thermique mais assure également des économies considérables en matière d’énergie. Mais comment bien choisir son isolant ?

Quelle épaisseur de l’isolant choisir ?

Selon la partie à isoler, il ne faut pas hésiter à choisir l’épaisseur la mieux adaptée et éviter de lésiner. En effet, comparé aux autres coûts (main d’œuvre, préparation du chantier et matériel), l’épaisseur de l’isolant n’impacte que très peu sur le coût total des travaux. Ainsi, pour les combles par exemple, l’épaisseur idéale est de 40cm ; il est de 14 à 18cm pour les planchers bas ainsi que les murs. Associées à l’épaisseur, la conductivité thermique (marquée λ sur l’étiquette), et la résistance thermique (marquée R) sont aussi à prendre en compte. Plus la résistance thermique est élevée, mieux le produit isole et inversement pour la conductivité thermique. Toutefois, si l’on ne tient pas compte des coûts et que l’on veut gagner le maximum de surface, il est possible de réduire l’épaisseur des isolants, notamment en choisissant les panneaux isolants sous vide ou les isolants minces, thermo-réflecteurs. En effet, ils sont certes plus chers, mais 3cm de ces panneaux équivalent à 18cm d’isolants courants. Une autre solution pour réduire l’épaisseur est la laine de verre. On en obtient une même résistance thermique avec 14cm d’épaisseur au lieu de 18.

Quel type d’isolant choisir ?

Pour les interstices et les combles perdus, le vrac est le mieux adapté du fait qu’il est facile à poser. Cependant, pour poser le vrac, il faut une machine qui peut augmenter le coût. Aussi, pour les combles où l’on peut accéder facilement, la solution serait les rouleaux qui ne nécessitent pas de machine. Sinon, pour les murs et les combles aménagés, les panneaux peuvent faire l’affaire.