L'étanchéité au vent en isolation écologique

 Le produit Pare air G n'est plus fabriqué : voir le produit remplaçant

Bien connus des cyclistes qui placent une feuille de journal sur leur poitrine avant de dévaler les pentes, la notion de coupe-vent est une caractéristique particulière qui améliore considérablement les transferts thermiques d 'un isolant. Sans être lui même un isolant, le coupe vent ou « pare-air » joue un rôle de barrière vis à vis des déplacements d'air contenu dans l'isolant  et joue aussi un rôle dans la qualité d'un isolant.

Plus le coefficient de perméabilité à l'air est élevé (mesuré en  m3/(h.m²) et selon une pression donnée, plus le matériau sera perméable à l'air et donc moins étanche au vent.

Différentes techniques sont proposées pour répondre à ce besoin d'étanchéité à l'air.

Etanchéité à l'air dans le cas d'une façade ventilée:

•    le plus économique : un film à base de fibres cellulosiques recyclées de type « Pare air G » : il est hermétique à l'air, il absorbe l'humidité, il est ouvert à la  à la diffusion de vapeur d'eau, et évite les risques de condensation dans les structures.

•    à la fois isolant et coupe vent : un panneau extérieur en fibres de bois de type Duo-Protect »  marque ISONAT en 22 mm ou 35 mm

Etanchéité à l'air dans le cas d'une façade non  ventilée:

•    avec un enduit étanche à l'air, mais perméable à la diffusion de vapeur d'eau ou en général un pare-pluie qui assurera cette fonction.

Le plus intéressant techniquement étant la recherche de matériaux isolants eux même susceptibles d'empêcher la circulation de l'air froid dans la couche isolante, où l'air doit d'être immobile : l'exemple le plus probant étant la ouate de cellulose dont la structure floconneuse constitue un réel avantage.

La ouate de cellulose sera en général plus étanche à l'air que d'autres matériaux d'isolation fibreux à fibres plus régulières.

Le pouvoir isolant de l'ouate de cellulose ne sera que très peu affecté par les déplacements d'air (voir cas particulier de la technique du « croutage » en isolation de combles perdus.