L’objet de l’étude réalisée par les bureaux d'études cités est la réhabilitation énergétique de bâtiments anciens de Grenoble. Dans cette optique, différentes solutions d’isolation ont été étudiées, notamment sous l’angle du risque induit lié à l’humidité. 

Le logiciel WUFI a été choisi pour simuler sur plusieurs années les transferts couplés de masse et de chaleur dans les différentes solutions de parois. L’hétérogénéité de la paroi existante composée de moellons jointés par  un mortier à la chaux a obligé à adopter une approche qualitative.
 
Dans le cas de l’isolation par l’intérieur,  l’analyse montre qu’un isolant hygroscopique est le plus adapté, alors qu’il faut éviter les matériaux qui bloquent  les transferts de vapeur d’eau.
La pose d’un pare-vapeur classique semble préjudiciable, alors que celle d’un  pare-vapeur hygro-régulant serait la meilleure solution permettant d’évacuer l’eau et de limiter les apports.
 
Lire l'étude : humidite-murs-anciens