La thermographie est une technique de diagnostic de l’isolation du bâtiment qui est de plus en plus sollicitée. Sa réalisation doit être confiée à un technicien appelé thermographe. Bien qu’aucune loi ne reconnaisse encore ce métier de manière officielle, tout le monde ne peut prétendre thermographe sans un minimum de savoir-faire et de qualifications. Le point sur les qualifications du thermographe.

La profession de thermographe

Caméra thermique infrarouge ou thermomètre en main, le thermographe fait le tour de la maison pour prendre des images thermiques de celle-ci et localiser les éventuelles fuites de chaleur. En s’aidant des images qu’il a prises, il fait ensuite un audit, interprète les résultats et discute avec son client des éventuels travaux à réaliser. Ainsi, le métier de thermographe est un métier complexe qui nécessite un savoir-faire spécifique, si l’on ne va citer que la manipulation des équipements utilisés. Malheureusement, il s’agit d’un métier qui n’est pas encore reconnu officiellement en France. Il n’existe pas encore de profession de thermographe, ni de CAP en thermographie. Aucune formation officielle ni école de thermographie permettant de se spécialiser au métier de thermographe n’existent encore à ce jour en France. Les centres de formation, même s’ils existent, n’ont pas reçu un agrément qui les autorise à proposer une quelconque formation dans ce domaine. Le seul document légal dont ils disposent est une déclaration d’activité. Les pseudo-thermographes et les arnaques sont alors en grand nombre.

Des thermographes certifiés : attention aux arnaques et à l’imposture

A cause de ce manque d’encadrement, les arnaques sont nombreuses dans le domaine de la thermographie. Beaucoup se proclament thermographes sans disposer des compétences nécessaires. Il faut ajouter à tout ceci la démocratisation de l’accès aux caméras thermiques. Il y a ainsi de plus en plus de propriétaires qui se font abusés. Aujourd’hui, la seule balise qui permet d’identifier un thermographe professionnel est la certification délivrée par le COFRAC. Celle-ci est entrée en vigueur depuis le 15 septembre 2012. Par ailleurs, il n’existe pas encore de carte professionnelle de thermographe. D’où l’intérêt de bien choisir son thermographe. Pour ce faire, il faut se baser sur un certain nombre de critères comme la formation initiale qu’il a choisie, ses expériences, sa certification ou le tarif qu’il applique. Un bon thermographe dispose aussi d’appareils professionnels. Sa caméra doit avoir des caractéristiques plus poussées. Vous pouvez vérifier celles-ci à partir du devis. Ce genre de renseignement doit normalement figurer dans le devis.