A une certaine période de l’année, il peut arriver qu’une chaudière bois produise un excédent de chaleur. Pour éviter cette perte énergétique qui, à la longue, pourrait avoir de grandes conséquences sur les dépenses en énergie, la chaudière doit être couplée avec un système comme l’hydroaccumulation.

Les principes d’un système à hydroaccumulation

Une chaudière à hydroaccumulation peut ainsi être définie comme la réunion entre une chaudière à bois normalement utilisée comme chauffage central et un ballon d’eau destiné à recevoir les éventuels surplus d’énergie. Les ballons de stockage les plus courants pour un bâti de 100 m² bien isolés disposent d’un volume compris entre 1500 et 2000 litres. Quelques mesures doivent toutefois être prises pour bénéficier de tous les avantages d’une telle installation. Puisqu’il s’agit d’un chauffage principal, il est toujours préférable de choisir des chaudières de grandes performances, surtout pour profiter d’une chaleur optimale pendant les grandes chutes de température en hiver. L’on peut notamment se pencher vers les chaudières à tirage forcé ou celles à combustion inversée, même si la technique de l’hydroaccumulation est compatible aux chaudières à combustion horizontale et inversée. Après la restitution de l’énergie non consommée au ballon de stockage, cette dernière se charge de la répartir dans l’ensemble du réseau de chauffage. Le bâtiment concerné pourra ainsi profiter d’un temps de chauffage de 12 à 24 h sans avoir à alimenter la chaudière.

Chaudières à hydroaccumulation : les principaux avantages

L’avantage le plus marquant d’une chaudière bois à hydroaccumulation est surtout constaté en demi-saison. En effet, une chaudière doit constamment fonctionner à plein régime pour que les gaz de combustion ne croupissent dans les conduits au risque de causer une usure précoce de l’appareil. De ce fait, le supplément de chaleur produit sera emmagasiné et distribué pendant plusieurs jours sans la mise en marche de la chaudière. L’utilisation d’une chaudière bois à hydroaccumulation est également une excellente alternative aux fastidieuses tâches du chargement de bûches. Une chaudière à bois ne disposant que d’une autonomie de quelques heures, le recours à la technique de l’hydroaccumulation constituera une meilleure solution. Une installation adéquate, combinée à une isolation parfaite de la maison permet de ne charger la chaudière que deux fois en une journée en hiver et une fois en intersaison.