Enfin, les isolants thermiques à base d'aérogel sont dans le commerce. C’est une nouvelle d’autant plus intéressante que les recherches semblent enfin laisser entrevoir des coûts plus accessibles.

Un isolant d'une efficacité étonnante

L'aérogel de silice est le matériau solide le plus léger jamais produit, grâce à la nanotechnologie. En effet, il est composé à 99,8% d'air, ce qui lui donne un poids de trois grammes pour un litre. Techniquement, l'aérogel est un gel dont le liquide a été extrait pour être remplacé par de l'air ou de l'azote. En dépit de sa densité très faible, l'aérogel de silice permet de supporter un poids 2000 fois supérieur au sien. Ce qu'il faut surtout retenir de ce matériau, ce sont ses performances incroyables en termes d'isolation thermique : avec une conductivité thermique extrêmement faible, l'aérogel de silice est un isolant 39 fois plus efficace que la laine de verre. C'est la raison pour laquelle il est très prisé pour l'isolation de vitrages, de cloisons mais aussi de la toiture.

Vers une maîtrise des coûts de fabrication

Le principal frein dans le développement de l'aérogel de silice se situe au niveau des coûts. En effet, la fabrication de ce matériau est assez contraignante, ce qui le rend encore inaccessible au grand public. Il faut savoir que la production d'un kilo d'aérogel de silice est estimée à 1800 euros, ce qui laisse donc à penser que le prix de commercialisation avoisine les 2000 euros ou plus. Toutefois, une lueur d'espoir est née il y a peu en Malaisie. Le Dr Halimaton Hamdam, chercheuse à l'Université locale a travaillé sur le sujet, de manière à obtenir un isolant aussi efficace mais à des coûts moins exorbitants. Cette jeune chercheuse est en ce moment sur le point de développer un aérogel à base de son de riz, à savoir une couche très fine qui recouvre le grain de riz et qui en est extrait lors du traitement du riz à commercialiser. Les recherches devraient aboutir à un aérogel isolant dont la production d'un kilo avoisinerait les 360 euros, soit presque 1/5 des coûts de l'aérogel de silice. Dans le cadre de cette étude, le Dr Halimaton a par ailleurs obtenu un financement de 41 millions d'euros pour mener à bien ce projet fort intéressant.